Au coeur du C.A.P PROElec et du projet Eclairage Public 2010-2011

Durant l’année scolaire 2010/2011 les élèves préparant le CAP PROElec ont travaillé en partenariat avec le service technique de la communauté des communes du Val d’Orge située à Saint Michel sur Orge dans la zone d’activités des Montatons (ESSONNE 91).

Le but premier de ce projet était de fédérer l’ensemble des 12 élèves autour d’un thème, dans notre cas l’ÉCLAIRAGE PUBLIC et aussi les confronter à la réalité de terrain en menant ce projet depuis l’organisation de chantier (devis,achats,préparation de l’outillage spécifique,etc.) jusqu’à la livraison du chantier au client.

D’autre part ce projet a permis par la suite aux élèves préparant leur CAP PROELEC les années suivantes, d’améliorer cet « Ouvrage PÉDAGOGIQUE ».

Le projet ÉCLAIRAGE PUBLIC a été pensé de façon à ce que chaque année sur une période de 3 ans les élèves préparant le CAP PROELEC puissent améliorer la commande de l’éclairage via plusieurs procédés.

Les élèves ont établi plusieurs devis permettant de mener à bien leur projet et surtout d’atteindre leur objectif final :
celui de livrer leur chantier selon le planning établi par M. EL HITARI (Enseignant PLP) et en conformité avec le cahier des charges établi par M. ZERROUKI (Responsable du service E.P et S.L.T).
Le travail a été réparti de telle façon à ce que chaque élève puisse s’impliquer autour du projet, plusieurs groupes ont travaillé sur les documents techniques et l’achat de mats d’éclairage, fourreaux électriques, protections électriques de l’éclairage, luminaires, coffret électrique, conducteurs électriques, etc.

Plusieurs devis regroupés ont été présentés par les élèves à M. EL HITARI et M. ZERROUKI, seul un devis a retenu l’attention, celui des massifs de candélabres permettant la fixation des mâts d’éclairage public. Le groupe travaillant sur l’achat de ces massifs, au total trois élèves, a travaillé en collaboration avec Mme MERAKCHI (la Chef des travaux secteur Industriel). Les élèves ont donc pris contact avec le magasin POINT P (ARPAJON), seul fournisseur de massifs candélabre aux alentours de RIS-ORANGIS et se sont vus fournir ces massifs à la fin de l’opération qui les ont amené à les déposer dans le creuset.

A noter que tout le matériel permettant d’atteindre l’objectif final des élèves a été gracieusement fourni par la communauté des communes du Val d’Orge.

Une fois avoir déposé les massifs et creusé les tranchées pour y poser les fourreaux électriques, les élèves ont fait passé leur câble d’alimentation de chaque mât.

Un groupe d’élèves quant à lui, était chargé de s’assurer l’interconnexion des masses métalliques des mâts d’ E.P au piquet de terre.

Toutes les installations accessibles au public, comportant des masses conductrices pouvant accidentellement être mises sous tension seront protégées contre les contacts indirects par des dispositifs individuels.
Dans ce type d’installation, la protection est assurée par l’ensemble des prescriptions suivantes pour chaque candélabre :

Les élèves ont interconnecté les masses des candélabres par un conducteur d’équipotentialité en cuivre nu de 25mm2 ou par le conducteur de protection PE du câble d’alimentation.

Pour leur projet pédagogique, les élèves ont leur installation connectée en Schéma de liaison à la terre TT, et donc la protection contre les contacts indirects est assurée par un dispositif différentiel dans leur cas un disjoncteur D.D.R placé dans l’armoire de zone de l’atelier Froid et Climatisation.

A l’intérieur de chaque mât d’éclairage, le groupe intervenant sur le câblage électrique des mâts avait en charge l’implantation du boitier classe II.

Une partie des enseignements en classe de Technologie ont découlé de ce projet de même qu’en classe de Mathématiques et sciences physiques ou là encore M. KERROUMI a su axer et adapter ses cours transversalement. Toute la partie basée sur les tracés, la hauteur des fouilles ou même encore le calcul de superficie ont été des axes de travail en classe.

Ce projet a réellement permis à nos élèves d’acquérir les connaissances à travers des situations réelles telles que le choix de protections notamment du type et calibre du fusible à implanter pour la protection de chaque mât.

L’objectif final : Installation et commande manuelle des mâts d’éclairage public via un simple disjoncteur placé dans l’armoire de zone de la salle A8 a été atteint bien avant la date fixée et inscrite dans le cahier des charges.

La réunion finale a permis de livrer le chantier sans aucun retard ni défaut.

D’autres articles sur l’évolution de ce projet sont en cours de rédaction, notamment un, sur la commande de l’éclairage public via un automate type WAGO.